iPad en vol

iPad en vol

19 septembre 2012

Eclairage de Francis Fustier.

Francis  publie un blog d’informations concernant les applications de navigation maritime disponibles pour les appareils Apple dont il assure les traductions françaises .

Il propose des tutoriels sur l’utilisation de ces applications, ainsi que sur les différents moyens disponibles pour les navigateurs souhaitant utiliser un Mac, ou un appareil Apple, à bord de leur navire :

accessoires, drivers, matériels de réception météo, cartographie et divers utilitaires.

Les points à connaître concernant

l’utilisation de votre iPad en vol

 

1-  la WiFi et le 3G de l’iPad

Le service de localisation de l’iPad utilise 3 sources pouvant lui fournir un calcul de la position.

De la moins précise à la plus précise :

1.     La position connue d’une borne WiFi à laquelle vous vous connectez. Le résultat est dangereusement approximatif, de plusieurs centaines de mètres à plusieurs kilomètres.

2.     La triangulation des antennes de téléphonie cellulaires. Beaucoup plus précise, surtout en connexion 3G, cette source vient suppléer la position GPS quand aucun satellite n’est reçu. C’est particulièrement utile en agglomération où l’étroitesse des rues et la hauteur des constructions peuvent fréquemment masquer les satellites.

3.     Le chipset A-GPS intégré. C’est la source la plus précise. Dans un iPad, la qualité du chipset de Broadcom et l’excellente réception de l’antenne donnent une position extrêmement précise, souvent comprise entre 1 et 3 mètres en environnement dégagé.

Seuls les iPad 1, 2 ou 3 en version “Wifi+3G” disposent d’une puce GPS  (même sans abonnement 3G)

iPad en vol

Couper le réseau cellulaire et wifi pour assurer la bonne réception GPS par satellite

 

2-Le GPS intégré à la tablette

Les puces A-GPS de la série BCM475x de la société Broadcom sont parmi les meilleures au monde. Le « A » pour « Assisted » permet au chipset d’accélérer le verrouillage de la position « à froid », ce qu’on appelle Time To First Fix (TTFF), en se connectant à un serveur de base de données fournissant en temps réel les éphémérides de la constellation GPS.

Cette assistance n’est utile qu’en utilisation urbaine et routière, par exemple pour retrouver instantanément la position du mobile après un passage dans un long tunnel en connexion au réseau est indispensable (3G ou WiFi).

Cependant, en ce qui concerne un usage aérien, le GPS représente la seule source utile à l’iPad et doit impérativement être privilégié.

Il convient donc de couper toute communication avec le réseau (WiFi ou 3G) en n’activant pas ces options sur l’iPad :

  • iPad > Réglages > Wifi > Eteint
  • iPad > Réglages > Données cellulaires > Eteint

Cela évitera le risque d’une position dégradée, car il peut se produire que le système de localisation reçoive une information des antennes cellulaires au sol et qu’elle la traite de manière privilégiée.

3-La communication Bluetooth

La qualité de réception de l’antenne GPS de l’iPad est telle que, même à l’intérieur d’un avion en acier, la réception des satellites est conservée.

L’utilisation d’une antenne active externe connectée en Bluetooth, outre que sa puce risque d’être moins performante que celle de l’iPad, n’améliore donc pas la réception de façon sensible.

De plus l’activation de la connexion Bluetooth provoque une décharge rapide de la batterie de l’appareil.

iPad > Réglages > Général> Bluetooth > Eteint si pas d’antenne GPS externe Bluetooth

4-Les logiciels et système d’exploitation

De nombreuses applications de navigation se basent sur une cartographie de type Google Maps, telle que celle fournie en standard par l’application « Plans » sur votre iPad. Mais cette cartographie est accessible uniquement en ligne, soit en connexion 3G ou WiFi.

En aéronautique, comme en mer, il est impératif d’utiliser une cartographie téléchargée sur votre iPad, et donc indépendante de toute connexion, pour les raisons évoquées plus haut.

En aéronautique il faut privilégier les applications qui permettent l’utilisation d’une cartographie embarquée sous forme de « tuiles » en mémoire dans l’iPad, pour des raisons évidentes de sécurité (EFB de CAVOK HD, Airnav, Skydemon…) .

Francis FUSTIER :: blog.francis-fustier.fr

Francis Fustier

Laisser une réponse